Docs-en-stock.com

Plus d'infos sur l'auteur

Etudiante
Niveau
Etude suivie
sciences...
Ecole, université
Sciences Po...

Plus d'infos sur le doc

Sociologie

Eléments de théorie et de méthode sociologique, Robert King Merton

Date de publication
Date de mise à jour
2014-09-12
Langue
français
Format
Word
Type
fiche de lecture
Nombre de pages
6 pages
Niveau
Téléchargé
10 fois
Validé par
le comité Docs-en-stock.com
4 2
2 réactions
4
réagissez !

Eléments de théorie et de méthode sociologique, Robert King Merton

I-1. Une rupture 
I-2. L'analyse fonctionnelle
II-1. Les composants de la structure sociale
II-2. Le concept d'anomie
II-3. L'adaptation individuelle : croisement entre enquêtes empiriques et conceptualisation
II-4. Groupe de référence et groupe d'appartenance
II-5. Bureaucratie et personnalité	
Résumé de la fiche de lecture

Robert K. Merton marque d’entrée de jeu dans son livre une approche qui se veut en rupture. En effet, jusqu’à lors il y a une scission entre deux domaines de la sociologie. La réflexion théorique qui cherche avant tout à généraliser, et arriver aussi vite que possible à formuler des lois sociologiques ce, en préférant analyser les domaines formels de leurs généralisations plutôt que d'en vérifier empiriquement le bien-fondé. Et la recherche empirique qui elle au contraire, dans la mesure où les faits qu’ils [les sociologues] exposent sont vérifiables et souvent vérifiés ne se soucie pas de relier ces faits entre eux, ou même à expliquer pourquoi ils ont choisi de faire ces observations plutôt que d'autres . Ainsi, Robert K. Merton introduit la notion de « théorie à moyenne portée » qui est un moyen de faire concorder la recherche empirique et la réflexion théorique.

[...] C’est donc un dysfonctionnement entre le système culturel de la société et sa structure. II- 3. L’adaptation individuelle : croisement entre enquêtes empiriques et conceptualisation Il existe différents types d’adaptations individuelles à la société. Robert K. Merton les définit à partir des relations entre les enquêtes empiriques et la conceptualisation. Le premier type d’adaptation est le conformisme c'est-à-dire que l’individu se conforme aux attentes du groupe duquel il fait parti. Les objectifs valorisés par la société se confondent avec les moyens légitimes qui sont à la disposition des individus. [...]


[...] Merton leur reproche qu’ils n’effectuent à travers ce postulat qu’une généralisation et une normalisation de la notion de fonction : des usages et des sentiments sociaux peuvent être fonctionnels pour certains groupes et ne pas l'être pour d'autres dans la même société. Il refuse donc cette schématisation simplificatrice qui a pour seule visée de mieux appréhender le modèle ce, reniant la dimension plus complexe de celui-ci. Le second postulat est celui de la nécessité : chaque fonction est nécessaire à la société. Malinowski parle de fonctions vitales. Robert K. [...]


[...] Ils ne leur restent donc plus que deux alternatives abandonner l’objectif valorisé ou bien utiliser les moyens qui sortent du cadre légal pour l’atteindre. Ainsi, la structure sociale est donc faite de telle façon à ce qu’une tranche de la société soit déviante par rapport au reste car ils n’ont pas accès aux moyens légitimes. Ce paradoxe entre les valeurs de références culturelles de la société et l’incapacité de les atteindre par les moyens légitimes : c’est l’anomie de Robert K. Merton. [...]


[...] Influence locale et influence cosmopolite Robert K. Merton s’est aussi intéressé aux différents modèles d’influence dans une communauté. Ainsi, à partir d’une étude faite dans le Rovere, il dégage deux types d’influences[9] : l’influence locale et l’influence cosmopolite auxquelles sont associées un leader local et un leader cosmopolite. Le leader local ne prend en considération que les problèmes locaux et a un rapport média qui rentre dans sa sphère d’influence c'est-à-dire les moyens de communication de masses locaux. Le leader cosmopolite les problèmes qui ont trait avec l’extérieur de la communauté où il exerce son influence. [...]


[...] L’individu adopte un comportement donné et ne s’en détache pas. Ici, encore les objectifs valorisés par la société ne sont pas en adéquation avec les moyens légitimes mis à disposition par la société car tout en refusant de chercher à dominer le monde on continue cependant à obéir sans le vouloir aux normes sociales. Les individus ne veulent pas se conformer aux nécessités, aux objectifs valorisés par la société mais respectent sous contrainte les normes et les valeurs sociales. Le quatrième de ces comportements est l’évasion. [...]

Ces documents peuvent vous intéresser

Criminologie - aspects sociologiques, grandes théories et investigations

 Sciences humaines & sociales   |  Sociologie   |  Fiche   |  15/06/2008   |  fr   |   .doc   |   143 pages

«Cours de criminologie, étude des grandes théories»

Eléments de théorie et de méthode sociologique: la prédiction créatrice - Robert King Merton

 Sciences humaines & sociales   |  Sociologie   |  Fiche de lecture   |  08/06/2012   |  fr   |   .doc   |   5 pages

«I. Présentation de l'auteur. II. Présentation de l'objet du texte et de la thèse argumentée. III. Présentation des options méthodologiques. IV. Résumé. V. Apports et limites du texte.»

«Robert King Merton est né le 4 juillet 1910 à Philadelphie de parents immigrés de l'Europe de l'Est. Etudiant à Harvard, il sera l'élève de George Sarton, de Talcott Parson et de Pitirim Sorokin. La thèse de doctorat qu'il soutient en 1936 sous la direction de Pitirim Sorokin porte sur les origines...»

Plus vendu(s) en sociologie

Peut-on rire de tout ? de Rire pour quoi faire

 Sciences humaines & sociales   |  Sociologie   |  Dissertation   |  12/12/2012   |  fr   |   .doc   |   3 pages

«I. La liberté d'expression est sans aucun doute l'une des plus grandes démonstrations de modernité et de développement d'une société. II. L'humour évolue avec la société et le dictât du politiquement correct a mis son carcan sur la libre expression. III. En revanche, si le rire se veut sans...»

«La liberté d'expression est sans aucun doute l'une des plus grandes démonstrations de modernité et de développement d'une société. Le rire, témoin de bien-être et de jovialité, illustre cette liberté suprême. Toutefois, il peut être agressif, moqueur et dénonciateur dès lors qu'il s'attaque aux...»

Introduction à la sociologie du travail

 Sciences humaines & sociales   |  Sociologie   |  Cours   |  17/11/2011   |  fr   |   .doc   |   28 pages

«I. L'évolution de la catégorie sociale du travail. II. Rationalisation et organisation du travail: Max Weber. III. La naissance de la sociologie du travail. IV. Les débuts de la sociologie du travail en France. V. La situation de travail: taylorisme, post-taylorisme et neo-taylorisme. VI....»

«En France, la sociologie du travail est un champ disciplinaire qui est né dans les années 50(la sociologie du travail classique). Il correspond à une autonomisation d'une des branches de la sociologie qui n'existait pas avant la guerre. Apres la guerre dans une période de reconstruction, on assiste...»

Catégories

Consultez plus de 91303 études en illimité sans engagement de durée. Nos formules d'abonnement