Docs-en-stock.com
  • Résumé
  • Sommaire
  • Extraits
  • Descriptif
  • À propos de l’auteur
  • Lecture
 

100% garanti

satisfait ou remboursé

Emile Zola, "L'Oeuvre", Chapitre VI, Le projet de Sandoz : étude analytique

Résumé du commentaire de texte

Ce discours de Sandoz explicite parfaitement sa position artistique et, par là même, celle de Zola :

- il rejette de manière virulente le passé
Sa colère contre le classicisme ("c'est la mort fatale de l'antique société", lignes 23-24) est marquée par l'utilisation d'un lexique fort et violent, parfois même blasphématoire : "gueuse" (ligne 4), "crever" (ligne 7), "pantin" (ligne 11), "tonnerre de Dieu !", (ligne 15), "imbécile" (ligne 17), "traître" (ligne 20).

Sandoz s'oppose à la vision métaphysique de l'homme ("Hein ? étudier l'homme tel qu'il est, non plus leur pantin métaphysique, mais l'homme physiologique, déterminé par le milieu, agissant sous le jeu de tous ses organes ", lignes 11-12), c'est-à-dire à une vision très intellectuelle et rationnelle qui a pour but la connaissance de "l'être absolu". C'est du reste ce qui motive son ironie amère à travers l'image du corps humain et des organes ("Faites donc penser un cerveau tout seul, voyez donc ce que devient la noblesse du cerveau, quand le ventre est malade ! ", lignes 15-16).

- il apparaît novateur
Si son métier littéraire est nécessaire à Sandoz pour assurer sa subsistance ("Il faut vivre et il faut se battre pour vivre", lignes 3-4), on peut constater que son projet est marqué par :
. ()

...

Autres docs sur : Emile Zola, "L'Oeuvre", Chapitre VI, Le projet de Sandoz : étude analytique

Consultez plus de 91303 études en illimité sans engagement de durée. Nos formules d'abonnement