Docs-en-stock.com
  • Résumé
  • Sommaire
  • Extraits
  • Descriptif
  • À propos de l'auteur
  • Lecture
 

100% garanti

satisfait ou remboursé

Virgile, "Les Bucoliques", VIII, Vers 69 à 110 : traduction et commentaire

Résumé du commentaire de texte

[...]
Virgile met en scène une femme, dont on ne sait rien, en dehors des paroles qu'elle prononce ici : son portrait se dessine donc à travers le discours direct et c'est l'image d'une femme passionnée pour son amant qui s'impose de prime abord dans ces paroles, comme on le voit à :
- la répétition du prénom de son amant, Daphnis : 16 fois dans ces 41 vers. Virgile donne ainsi l'image d'une femme obsédée par la figure de son amant, trait caractéristique de la passion amoureuse.
- la répétition de la formule "Ducite ab urbe domum...", qui exprime le souhait amoureux de cette jeune femme. Ce vers, dont le retour indique d'emblée la passion qui habite cette femme, est en outre lui-même marqué par la répétition ("Ducite... ducite...") et prend la forme d'un vers holodactylique, le plus rapide qui soit : cet effet de rythme souligne nettement l'empressement frénétique de la passionnée.
- l'allusion à Vénus du vers 79 ("je noue les liens de Vénus"), qui confirme que l'entreprise menée par la locutrice et celle qui a l'air son esclave, Amaryllis, est bien de nature amoureuse.
- la souffrance associée à cet amour, qui achève de lui donner le caractère de la passion : Virgile développe la métaphore filée du feu de la passion qui brûle l'amante : "igni" (v.82), "urit" (v.84). Le vers 84 exprime en un chiasme très saisissant ("Daphnis me... ; ego in Daphnide...") la passion réciproque espérée par la locutrice. De même, l'amante souhaite à son amant la même douleur d'amour qui la possède : avec la comparaison de Daphnis à la génisse perdue et en mal de taureau, l'amour, nommé explicitement à deux reprises et de manière anaphorique aux vers 86 et 91 : "Talis amor...", est présenté comme une souffrance, à laquelle l'amante n'aura garde d'apporter un remède : "nec sit mihi cura mederi" (v.90).
- la médisance de l'amant, associée à cette souffrance souhaitée passionnément pour celui dont on n'est pas aimé - rappelons que la passion est égoïste, contrairement au véritable amour, de nature altruiste - : Virgile place en effet dans la bouche de cette amante les adjectifs "malus" (v.84) et "perfidus" (v.92) pour qualifier ce jeune homme (...)

...

Consultez plus de 91303 études en illimité sans engagement de durée. Nos formules d'abonnement