Docs-en-stock.com
  • Résumé
  • Sommaire
  • Extraits
  • Descriptif
  • À propos de l’auteur
  • Lecture
 

100% garanti

satisfait ou remboursé

Baudelaire, "Fleurs du Mal", "Spleen" (LXXVIII) : "Quand le ciel bas et lourd..."

Résumé du commentaire de texte

Le terme « Spleen », mot anglo-saxon, désigne à l'origine le siège des humeurs noires, prenant aussi bien un sens physique qu'un sens moral. Il désigne à la fois l'angoisse diffuse, la mélancolie, et le dégoût pour la vie, causés par un idéal que l'on n'arrive pas à atteindre, par l'ennui sur Terre, par un temps qui passe et qui laisse derrière lui les regrets du passé, et par la peur de l'avenir et de la Mort. Le texte que l'on va étudier est le 4ème spleen de Baudelaire, écrit lors de l'année de publication des Fleurs du Mal. Composé de 5 quatrains, il dépeint l'apogée de la souffrance du poète, mal-être que l'on retrouve dans le mouvement romantique, qui caractérise le « spleen » comme « le mal du siècle ».

I) La montée progressive de l'angoisse

1) L'étouffement

- Le thème de la claustrophobie ouvre le poème : en effet, le texte s'ouvre sur la notion du « ciel » (vers 1) évoquant la grandeur et l'espace, mais le terme est associé aux adjectifs « bas et lourd » (vers 1) qui annulent cet effet de grandeur et renforcent l'idée de claustrophobie. Par ailleurs, la personnification de l'esprit fait apparaître ce qu'est le spleen, insistant sur l'idée de longueur avec les termes « longs ennuis » (vers 2) et le participe présent « gémissant » (vers 2) ()

...

Sommaire du commentaire de texte

IntroductionI) La montée progressive de l'angoisseA. L'étouffementB. L'emprisonnementC. La paralysieII) La crise et l'anéantissement du poèteA. L'apogée de la souffranceB. L'anéantissement du poèteConclusion

Extraits du commentaire de texte

[...] La chauve-souris apparaît comme un être fragile : l’adjectif timide (vers et l’expression Et en se cognant la tête (vers montrent qu’elle est trop fragile pour vaincre. La paralysie - Les motifs se répètent et montrent que la pensée du poète s’enferme : l’anaphore en Quand (vers donne un rythme ternaire qui accentue la pression ; or la 3ème strophe, en reprenant la 1ère strophe, montre que la pensée du poète piétine et ne progresse plus. De plus, le thème de la prison, de l’humidité et du bestiaire sont repris, respectivement avec les termes prison et barreaux (vers 10) ; pluie (vers ; et araignées (vers 11) : ces motifs ont déjà été évoqués, soulignant ainsi la sclérose de la pensée. [...]


[...] De plus, un déséquilibre se forme entre l’Espoir, représenté par 5 syllabes, et l’Angoisse dont un vers et un demi lui sont consacrés : l’Angoisse l’emporte. - Le poète se soumet : l’expression Sur mon crâne incliné (vers 20) montre sa soumission. Conclusion : Ce texte nous décrit l’état dans lequel vivait parfois le poète avec les thèmes de l’étouffement et de l’impuissance créatrice. A travers le récit de ses angoisses et de ses drames personnels, Baudelaire nous livre ici un poème presque autobiographique. [...]


[...] En 1857, Baudelaire publie les Fleurs du Mal, qui font un scandale et en 1860, le poète publie les Paradis artificiels, l’œuvre dans laquelle il évoque les drogues. Le terme Spleen mot anglo-saxon, désigne à l’origine le siège des humeurs noires, prenant aussi bien un sens physique qu’un sens moral. Il désigne à la fois l’angoisse diffuse, la mélancolie, et le dégoût pour la vie, causés par un idéal que l’on n’arrive pas à atteindre, par l’ennui sur Terre, par un temps qui passe et qui laisse derrière lui les regrets du passé, et par la peur de l’avenir et de la Mort. [...]

Consultez plus de 91303 études en illimité sans engagement de durée. Nos formules d'abonnement