Plus d'infos sur l'auteur

Etudiant
Niveau
Grand public
Etude suivie
littérature
Ecole, université
Université...

Plus d'infos sur le doc

Date de publication
30/06/2009
Langue
français
Format
Word
Type
commentaire de texte
Nombre de pages
4 pages
Niveau
grand public
Téléchargé
18 fois
Validé par
le comité Docs-en-stock.com
4 réactions
5
réagissez !

Scène de l'aveu, extrait de "La Princesse de Clèves", Madame De Lafayette

  1. Le refus de l'aveu de Madame de Clèves
  2. Une théâtralisation pathétique de la scène
  3. Explication de Madame de Clèves à son mari, un aveu quelque peu erroné
Résumé du commentaire de texte

La scène de l'aveu est une scène majeure du roman en ce sens qu'elle se situe après l'épisode de la lettre qui nous a fait entrevoir la complicité des rapports entre Madame de Clèves et Monsieur de Nemours, qui se sont enfermés dans un cabinet pour réécrire la lettre d'amour du Vidame de Chartres à Madame de Thémines. Suite à cela, Madame de Clèves, véritablement consciente de son amour pour le duc de Nemours souhaite se retirer à Coulommiers. Son mari comprend peu cette décision et lui fait part de ses doutes. Lors de cette scène, on perçoit une certaine ironie de l'auteur car cet aveu est introduit par la curiosité de Monsieur de Nemours qui veut écouter la conversation entre Madame de Clèves et son mari. Cette scène de l'aveu sera divulguée à la Cour (Nemours va rapporter cette entrevue au Vidame de Chartres qui en parlera à la Dauphine). Suite à la mort de Monsieur de Clèves, Madame de Clèves préférera se retirer plutôt que de céder à Monsieur de Nemours. Ainsi, l'intérêt de cet extrait réside dans la façon dont l'auteur présente Madame de Clèves face à l'aveu : celle-ci semble porter cet aveu entre devoir et morale. Néanmoins, au-delà de cette réflexion morale, l'aveu semble quelque peu "extravagant" pour reprendre le propos de Bussy au sujet de cette oeuvre.

[...] De plus, se "conserver digne d'être" à Monsieur de Clèves paraît totalement invraisemblable puisqu'elle aime Nemours. Puis elle ajoute: "Je vous demande mille pardons si j'ai des sentiments qui vous déplaisent; du moins, je ne vous déplairai jamais par mes actions". Dans cette phrase, la tournure emphatique "mille pardons" sollicite une compréhension totale, et insiste sur le caractère pathétique du personnage. Elle s'excuse de ses sentiments pour un autre prétendant, mais le point- virgule qui suit introduit en quelque sorte une incise qui amène Madame de Clèves à rectifier son propos: "Du moins, je ne vous déplairai jamais par mes actions". [...]


[...] Ainsi, l'incise contredit le propos de Madame de Clèves et nous fait donc douter de sa vraisemblance. Cette contradiction nous amène à nous interroger sur ce qui pousse Madame de Clèves à cet aveu: serait-ce son amour pour Monsieur de Nemours qui l'oblige au point de vue moral à faire cet aveu? Ce début d'aveu semble être porté par l'expression d'une passion, une sorte de pulsion qu'elle ne peut contrôler. 2e mouvement Cet aveu aurait donc une démarche plus fatale que libératrice, sa pulsion la pousse à l'aveu. [...]


[...] L'intérêt de cet extrait semble donc résider dans la façon dont Madame de Lafayette met en scène une scène d'aveu qui confère au roman sa modernité. De plus, cet aveu ne dénouera pas la situation, puisque même à la mort de Monsieur de Clèves, Madame de Clèves se refusera à Nemours. C'est pourquoi cet aveu donnera lieu à de nombreuses controverses sur la condamnation ou non de la Princesse de Clèves. Sa passion chaste semble donner plus de matière à réflexion que la confession de l'enfant illégitime de la comtesse de Tendre à son mari (cf. [...]


[...] Les Désordres de l'amour de Madame de Villedieu) . [...]


[...] Suite à la mort de Monsieur de Clèves, Madame de Clèves préférera se retirer plutôt que de céder à Monsieur de Nemours. Ainsi, l'intérêt de cet extrait réside dans la façon dont l'auteur présente Madame de Clèves face à l'aveu: celle- ci semble porter cet aveu entre devoir et morale. Néanmoins, au-delà de cette réflexion morale, l'aveu semble quelque peu "extravagant" pour reprendre le propos de Bussy au sujet de cette oeuvre. L'on répartira le texte en trois mouvements: 1er mouvement: Le refus de l'aveu de Madame de Clèves. [...]

Ces documents peuvent vous intéresser

Madame de La Fayette, "La Princesse de Clèves" : le portrait volé

 Philosophie & littérature   |  Littérature   |  Fiche   |  23/06/2009   |  fr   |   .pdf   |   4 pages

«IntroductionI) La disparition du portraitA. La séance de poseB. Un geste inconvenantC. Une situation embarrassanteII) Les réactions de Mme de ClèvesA. La voie de la raisonB. La solution du moindre malC. La victoire de M. de NemoursConclusion.»

«Cet extrait du portrait volé est un des plus célèbres du roman pour son analyse psychologique. Le texte commence d'une manière badine en retraçant des événements de la vie de Cour. Mais sur cette trame historique se détachent les personnages...»

Madame de Lafayette, "La Princesse de Clèves" : la scène de l'aveu

 Philosophie & littérature   |  Littérature   |  Fiche   |  22/06/2009   |  fr   |   .doc   |   3 pages

«IntroductionI) Un aveu incroyableA. Des circonstances tout à fait romanesquesB. Un aveu héroïqueC. Un aveu classiqueII) Une scène pathétiqueA. Une demande de clémence réciproqueB. La souffrance de Mme de ClèvesC. La souffrance de M. de...»

«Le Classicisme est un courant esthétique et intellectuel ayant connu son apogée au XVIIème siècle, prenant comme référence esthétique les chefs d'oeuvres de l'antiquité gréco-latine (Aristote, Boileau...). Le but premier de ce mouvement...»

Plus vendu(s) en littérature

Les mouvements littéraires

 Philosophie & littérature   |  Littérature   |  Commentaire de texte   |  03/07/2008   |  fr   |   .pdf   |   8 pages

«Une fiche sur les mouvements littéraires très complète.»

L'expansion impérialiste, facteur décisif sur le chemin de la première guerre mondiale» et «À la...

 Philosophie & littérature   |  Littérature   |  Commentaire de texte   |  02/12/2012   |  fr   |   .doc   |   1 page

«I. But de l'auteur. II. Thèse. III. Argumentation.»

«Démontrer que l'expansion impérialiste inhérente au développement capitaliste conduit inévitablement à une confrontation entre les puissances capitalistes et leur sphère d'influence. Les rivalités inter-impérialistes européennes ont accouché de la Première Guerre mondiale. Premier argument : À...»

Catégories

Consultez plus de 91303 études en illimité sans engagement de durée. Nos formules d'abonnement