Docs-en-stock.com
  • Résumé
  • Sommaire
  • Extraits
  • Descriptif
  • À propos de l’auteur
  • Lecture
 

100% garanti

satisfait ou remboursé

Molière, "Le Misanthrope", Acte II scène 4 (vers 585-622) : commentaire

Résumé du commentaire de texte

Amorcé dès 1664, Le Misanthrope est représenté en 1666, alors que Molière a vu son Tartuffe interdit en 1664 et qu'il est toujours aux prises avec les dévots puisqu'il a retiré Dom Juan de l'affiche seulement après quelques représentations en 1665. Il semble que Le Misanthrope marque une pause dans le conflit qui l'oppose aux dévots. La pièce, et plus particulièrement le passage étudié, mettent en effet en scène les personnages types de la vie mondaine du XVIIe siècle. Si Alceste est, dans sa sincérité paroxystique, un contrepoint comique au caractère superficiel des mondains, ceux-ci constituent une galerie représentative et caricaturale des habitués des salons.

...

Sommaire du commentaire de texte

Introduction- Le jeu des portraits- L'intérêt de la ponctuation et de la syntaxe- L'importance des adverbes et des locutions adverbiales- L'amplification des sens- Des caricatures- Timante- Géralde- Bélise- Adraste- La vie mondaine- Des éléments lexicaux récurrents- Les sujets privilégiés- Le talent de Célimène- Une bonne observation- Un talent littéraire- L'art de plaireConclusion

Extraits du commentaire de texte

[...] Le talent de Célimène correspond absolument aux impératifs des salons. À partir d'une observation sans complaisance, il s'agit de mettre en œuvre les ressources de l'esprit afin de plaire. CONCLUSION Ce passage est doublement révélateur. Il traduit l'intérêt du XVIIe siècle pour l'étude des caractères et l'art du portrait, que l'on trouve également chez La Bruyère par exemple. Mais si le grossissement du trait a chez les moralistes pour fonction de corriger l'homme, il n’a pas la même fonction dans les salons, où doit régner le bel esprit et où ennuyer constitue un défaut intolérable. [...]


[...] Par ce procédé le locuteur grossit encore le portrait, ce que précise le sens des verbes. L'amplification des sens Cette absence de nuances se marque également dans le choix du lexique et particulièrement des verbes, ainsi que dans l'emploi des pronoms. Les verbes sont sans nuances. Plusieurs sont des verbes d'action à sens fort : jette, est . affairé, se mêle, entête, souffre, Fait mourir L’utilisation du langage familier ou populaire domine : débite, assomme, suer, Traîne, bâille, grouille, pester Par l’emploi de ces verbes, le trait est grossi ; ce qui fait que ces portraits sont plutôt des caricatures. [...]


[...] Acte II, scène 4 (vers 585-622) Ô l'ennuyeux conteur ! Commentaire composé. Plan Texte : Commentaire composé Introduction Le jeu des portraits L'intérêt de la ponctuation et de la syntaxe L'importance des adverbes et des locutions adverbiales L'amplification des sens Des caricatures Timante Géralde Bélise Adraste La vie mondaine Des éléments lexicaux récurrents Les sujets privilégiés Le talent de Célimène Une bonne observation Un talent littéraire L'art de plaire CONCLUSION Texte : CLITANDRE Timante encor, Madame, est un bon caractère. [...]


[...] Ainsi débite, dire, cite, entretien(s), parlant, conversation, pester. Ce relevé démontre l'importance des entretiens et de tout ce qui relève du langage dans les salons. En effet la conversation mondaine était à la base de la vie qu'on y menait. Les sujets privilégiés Ce thème se précise à travers l'évocation plus détaillée de la vie mondaine. La conversation porte sur l'observation des autres. On peut rapprocher ces thèmes de l'intérêt pour la psychologie que manifeste la préciosité. Mais dans cet extrait, cette observation conduit à une caricature talentueuse, révélatrice de l'importance qu'a dans les salons le talent littéraire, du moins celui qui peut amuser. [...]


[...] Les termes orgueil accentué par extrême, gonflé de l'amour de soi-même, mérite, se croit dresse le portrait du Vaniteux. La fin de la réplique précise le portrait à travers l'opposition ce qu'il se croit . injustice en associant la jalousie à l'injustice. Dans tous les cas, le grossissement des traits appartient à l'art de la caricature. Par le choix de types appartenant à la société contemporaine, ces portraits dégagent une tonalité comique. Cette galerie constitue la satire de certaines caractéristiques de l'époque. [...]

Consultez plus de 91303 études en illimité sans engagement de durée. Nos formules d'abonnement