Docs-en-stock.com
  • Résumé
  • Sommaire
  • Extraits
  • Descriptif
  • À propos de l’auteur
  • Lecture
 

100% garanti

satisfait ou remboursé

Abbé Prevost, "Manon Lescaut"

Extraits du commentaire de texte

[...] Excusez, monsieur lui dit Lescaut, c'est un enfant fort neuf. Il est bien éloigné, comme vous voyez, d'avoir les airs de Paris; mais nous espérons qu'un peu d'usage le façonnera. Vous aurez l'honneur de voir ici souvent monsieur ajouta-t-il, en se tournant vers moi ; faites bien votre profit d'un si bon modèle. Le vieil amant parut prendre plaisir à me voir Il me donna deux ou trois petits coups sur la joue, en me disant que j'étais un joli garçon, mais qu'il fallait être sur mes gardes à Paris, où les jeunes gens se laissent aller facilement à la débauche. [...]


[...] Vous verrez que ce n'est pas sans raison que je me suis étendu sur cette ridicule scène. Enfin, l'heure du sommeil étant arrivée, il parla d'amour et d'impatience. Nous nous retirâmes, Lescaut et moi ; on le conduisit à sa chambre, et Manon, étant sortie sous prétexte d'un besoin, nous vint joindre à la porte. Le carrosse, qui nous attendait trois ou quatre maisons plus bas, s'avança pour nous recevoir. Nous nous éloignâmes en un instant du quartier INTRODUCTION : Antoine-François Prévost (1697-1763), abbé à la vie tumultueuse, partagé entre ses maîtresses et sa vocation religieuse, laisse une œuvre majeure, les Mémoires et aventures d’un homme de qualité qui s’est retiré du monde, qu’il achèvera en 1731. [...]


[...] ne se fit pas attendre longtemps. Lescaut était avec sa sœur dans la salle. Le premier compliment du vieillard fut d'offrir à sa belle un collier des bracelets et des pendants de perles, qui valaient au moins mille écus. Il lui compta ensuite, en beaux louis d'or la somme de deux mille quatre cents livres, qui faisaient la moitié de la pension. Il assaisonna son présent de quantité de douceurs dans le goût de la vieille Cour Manon ne put lui refuser quelques baisers ; c'était autant de droits qu'elle acquérait sur l'argent qu'il lui mettait entre les mains. [...]


[...] Nous avons remarqué que Manon se présente comme une libertine accomplie et initie Des Grieux à ses vices. Ce texte apparaît donc comme une condamnation de la passion, en effet (c’est l’aspect de la dupe que Des Grieux semble endosser avec une extrême facilité) la passion amoureuse le conduira peu à peu vers la déchéance sans qu’il lui soit possible de résister. La passion amoureuse est présentée à la fois comme une ivresse et un danger. Peu de temps après humilié M. [...]


[...] Dans cette extrait, Il est ridiculisé par Des Grieux et Manon, car son amour-propre ( ligne 48) l’aveugle. Manon use de Des Grieux comme d’un pantin L’auteur met en scène, son vice. Pour faire rire, il faut comme dans une caricature, forcer le trait dont on veut se moquer : ici son amour-propre G M se ridiculise à travers les paroles qu’il prononce L’entendez- vous ? Dit-il à Lescaut, il a de l’esprit (ligne 35). Des Grieux souligne l’aspect comique dans ce passage à la ligne 51-52 Vous verrez que ce n’est pas sans raison que je me suis étendu sur cette ridicule scène accentué par l’adjectif ridicule. [...]

sur 5

Consultez plus de 91303 études en illimité sans engagement de durée. Nos formules d'abonnement