Docs-en-stock.com
  • Résumé
  • Sommaire
  • Extraits
  • Descriptif
  • À propos de l’auteur
  • Lecture
 

100% garanti

satisfait ou remboursé

Jean de La Fontaine, "La mort et le bûcheron" : commentaire

Extraits de la fiche

[...] Il a montré la difficulté de la marche (vers 1 à et l’on comprend que son épuisement physique : effort (v.5) et moral : douleur (v.5) le pousse à s’arrêter : l’allitération en p dans n’en pouvant plus fait écho à l’expression à pas pesants et montre bien que la difficulté est trop intense, et qu’il aspire donc à mourir. ( Le Bûcheron décide alors d’appeler la mort, au vers 13. Il ne l’appelle qu’une seule fois, et elle vient sans tarder (v13). La Fontaine évite tout commentaire, il le réserve pour la moralité. Le vers 13 expose deux actions successives, qui arrivent très vite, sans commentaire. [...]


[...] On aurait alors pu penser que le Bûcheron aurait demander rapidement à la Mort d’en finir avec la vie. Or, il trouve un prétexte, et lui demande simplement de l’aider à porter son bois. ( La moralité se détache du reste du texte parce qu’elle se trouve à la fin, et dans un paragraphe isolé. On a ici une généralisation des propos : il n’est plus question du Bûcheron mais des Hommes en général. Cette généralisation se marque par l’emploi du présent de vérité générale le trépas vient tout guérir (v.17) et de l’infinitif plutôt souffrir que mourir (v.19). [...]


[...] ( Les deux questions oratoires (v.7 et soulignent combien la réponse est évidente. Elles équivalent à des exclamations. La malheureux noircit le tableau, s’enfonce dans son malheur : il remonte à l’origine, depuis qu’il est au monde et ne se souvient d’aucun plaisir ; il cherche en vain en la machine ronde (expression populaire, qui désignait à cette époque la Terre) quelqu’un de plus malheureux que lui. ( Enfin, au vers on note la présence de deux énoncés sans verbe, renforcés par deux négations point jamais qui montrent sa souffrance morale. [...]


[...] Quel plaisir a-t-il eu depuis qu'il est au monde ? En est-il un plus pauvre en la machine ronde ? Point de pain quelquefois, et jamais de repos. Sa femme, ses enfants, les soldats, les impôts, Le créancier, et la corvée Lui font d'un malheureux la peinture achevée. Il appelle la mort, elle vient sans tarder, Lui demande ce qu'il faut faire C'est, dit-il, afin de m'aider A recharger ce bois ; tu ne tarderas guère. Le trépas vient tout guérir ; Mais ne bougeons d'où nous sommes. [...]

Loading

Consultez plus de 91303 études en illimité sans engagement de durée. Nos formules d'abonnement