Docs-en-stock.com
  • Résumé
  • Sommaire
  • Extraits
  • Descriptif
  • À propos de l'auteur
  • Lecture
 

100% garanti

satisfait ou remboursé

La Fontaine, "Les Animaux malades de la peste" : lecture linéaire

Résumé du commentaire de texte

Première fable du livre VII et du deuxième recueil publié en 1668, la fable Les Animaux malades de la peste est une des plus célèbres de La Fontaine. Ce dernier en puise le thème dans la tradition médiévale, déjà utilisée au XVIème siècle par Haudent (Apologues, 1547, II, 60) et par Guéroult (Emblèmes, 1550, XV), dont La Fontaine se rapproche le plus dans cette fable : on trouve en effet un loup et un renard qui se confessent l'un l'autre, qui s'entrepardonnent, puis dévorent d'un commun accord le pauvre âne, sous couleur d'une légère faute qu'il dit avoir commise. L'idée d'introduire le roi et de réunir tous les animaux en un conseil, motivé par la peste, est cependant de La Fontaine seul, ce qui donne à sa fable une portée politique qu'elle n'avait pas jusqu'à lui : il paraît évident de prime abord qu'il s'agit de montrer l'arbitraire de la justice royale. Mais les choses se compliquent si l'on considère que cette justice est incarnée par le lion, allégorie transparente du roi.

Or comment La Fontaine peut-il faire la satire de la justice de Cour, alors que lui-même vit aux dépens du roi ? Qui plus est, cette fable fait inévitablement penser au Loup et L'agneau du livre I : on retrouve ici une remise en cause de l'injustice des forts envers les faibles. La Fontaine aurait-il donc écrit deux apologues qui vont strictement dans le même sens ? Qu'apporte la substitution de l'âne à l'agneau et du lion et de son conseil au loup solitaire ? (...)

...

Consultez plus de 91303 études en illimité sans engagement de durée. Nos formules d'abonnement