Docs-en-stock.com
  • Résumé
  • Extraits
  • Descriptif
  • À propos de l’auteur
  • Lecture
 

100% garanti

satisfait ou remboursé

Regain, de Giono : roman et apologue

Résumé de la fiche

Si l'on résume Regain, on met clairement en évidence la dimension allégorique de l'histoire : un homme presque redevenu sauvage est le dernier habitant d'Aubignane, âpre village des Alpes de Haute Provence promis à la mort par l'exode rural. Cet homme rencontre une femme : par amour pour elle et par son amour, il va redonner vie au village grâce à un travail qu'aucun homme ne pourrait en réalité accomplir seul. Vue de façon aussi dépouillée l'histoire semblerait simpliste. En outre on y croirait à []

...

Sommaire de la fiche

Extraits de la fiche

[...] L'amour, le travail, la terre : ces thèmes éternels se combinent et aboutissent à une morale digne de figurer à la fin d'une fable. Si l'on envisage la construction dramatique, on découvre que tout est organisé de façon binaire : les tableaux qui ponctuent le déroulement de l'histoire se répondent comme des diptyques. Dans le premier chapitre on découvre le village de loin et il ne suggère aucune vie : "Alors, l'oncle, c'est là-bas, Aubignane, là où ça a l'air tout mort?" Même aux alentours, la vie semble avoir déserté : "Un chemin ouvre sa bouche u ras de la route. [...]


[...] Tout le monde en parle.[ . ] ç'est un blé de concours." Cet acharnement et ce succès entier sont d'autant plus exemplaires que Panturle opère un changement imprévisible dans son mode de vie ; il ne connaît rien à la terre au départ et d'ailleurs Lamoureux le lui fait remarquer : "Tu es plutôt chasseur!"Il faut qu'il bénéficie d'une sorte de révélation pour être aussi efficace ; tout cela est donc bien de l'ordre de l'utopie. Si les grands moments qui ponctuent le récit en font un apologue, on retrouve dans les détails de l'histoire un recours quasi systématique à l'allégorie. [...]


[...] ]Il est solidement enfoncé dans la terre comme une colonne." Ces échos du début à la fin du roman montrent de façon presque schématique que tout s'est transformé et que l'homme a triomphé. Cette renaissance ne s'est pas opérée par hasard ; entre ses tableaux on identifie très facilement les auxiliaires qui ont rendu possible la victoire. Il a d'abord fallu que Panturle sorte de sa torpeur . En effet, dans son village désert, il retournait à l'animalité et menait une vie oisive : "Il s'est installé au soleil. [...]


[...] Tu ne sais pas à quoi je pense?" Il enchaîne avec une logique limpide toutes les étapes qui permettront de récolter du blé. Il ne prenonce d'ailleurs ce mot ; il dit seulement : "fer,aiguiser, manche, bêche,charrue". Mais Arsule le comprend, elle répond seulement : "ça c'est des choses"; il a parlé aussi de" [ mettre ] le feu aux genêts" .La simple présence d'Arsule lui donne des idées et du courage. Pourtant, Arsule n'aurait jamais dû se trouver sur la route de Panturle, elle n'aurait jamais dû entrer à Aubignane. [...]


[...] C'est la Mamèche qui réunit Panturle et Arsule. Elle avait eu cette sorte d'intuition géniale qui lui donnait la certitude qu'avec une compagne Panturle trouverait la force de faire "repartir" Aubignane: "Si je t'en mène une, moi, de femme, tu le prends? Oui! je la prends!" Dès lors sa décision est prise et elle "mènera" en effet Arsule à Panturle ; Arsule le confirme elle - même Si on est passé à Aubignane, ce printemps, c'est qu'une force nous a poussés vers ce pays, hors de notre route, avec de la peur. [...]

Consultez plus de 91303 études en illimité sans engagement de durée. Nos formules d'abonnement