Docs-en-stock.com
  • Résumé
  • Sommaire
  • Extraits
  • Descriptif
  • À propos de l'auteur
  • Lecture
 

100% garanti

satisfait ou remboursé

Virgile, "Les Bucoliques", IV : traduction et commentaire

Résumé du commentaire de texte

Après la joute poétique de la troisième des Bucoliques entre les bergers Ménalque et Damète, Virgile hausse le ton dans la quatrième églogue pour exprimer une prophétie enthousiaste. Le poème participe toujours de l'univers bucolique, mais il en dépasse les cimes habituelles : les « forêts » se substituent aux « vergers » et aux « tamaris » (v.2-3). Cette bucolique est adressée à Asinius Pollion ? ami d'Octave et protecteur de Virgile qui accède en 40 au consulat, exercé jusqu'au mois de décembre. Or au début de l'automne 40, Octave, avec l'aide de Pollion, organise à Brindes une rencontre qui doit sceller sa réconciliation avec Antoine ; les préparatifs avaient duré tout l'été et les troupes des deux camps, cantonnées à proximité du port, avaient eu le temps de pactiser : on pouvait croire que c'était la fin de la guerre civile entre les héritiers de Jules César. C'est dans ce contexte de pacification que Virgile écrit cette quatrième bucolique. Cet espoir de paix coïncide avec la naissance d'un enfant ? dans lequel on voit généralement un des fils de Pollion lui-même ? et auquel, après avoir apostrophé les Muses (v.1-3), Lucine, protectrice des enfants (v.4-11), et Pollion (v.12-17), le poète s'adresse directement pour lui prédire une croissance heureuse, simultanément au retour de l'âge d'or antique, revenu selon Virgile avec le consulat de Pollion : « c'est précisément sous ton consulat, Pollion, que cette ère glorieuse débutera, et la Grande Année fera ses premiers pas sous tes ordres. » (v.11-12).

Problématique : quels éléments du mythe antique de l'âge d'or Virgile reprend-il dans les vers 18 à 59 de cette bucolique, comment le renouvelle-t-il et pourquoi ?

I. LA DESCRIPTION DE L'ÂGE D'OR : LA REPRISE D'ÉLÉMENTS TRADITIONNELS DU MYTHE

A. L'Âge d'or : le bonheur de l'homme dans une nature idéale

La référence au mythe de l'âge d'or est explicite depuis le vers 9, quand Virgile emploie l'expression « gens aurea », la race d'or, nettement méliorative en raison de l'allusion à ce métal rare et précieux. Virgile reprend les caractéristiques essentielles de l'âge d'originel, celui de la tradition mythologique, particulièrement illustré par le poète grec Hésiode dans Les Travaux et les Jours au VIIIème siècle avant notre ère. (...)

...

Consultez plus de 91303 études en illimité sans engagement de durée. Nos formules d'abonnement