Docs-en-stock.com
  • Résumé
  • Sommaire
  • Extraits
  • Descriptif
  • À propos de l’auteur
  • Lecture
 

100% garanti

satisfait ou remboursé

Baudelaire, "Les Fleurs du Mal", "Le Serpent qui danse" (XXVI) : étude analytique

Résumé du commentaire de texte

Le registre lyrique de ce poème est très clair, mettant en évidence une véritable déclaration d'amour :

- les pronoms personnels, sujet ("j'", vers 1 ; "Je", vers 33) et complément ("Mon", vers 11 et 36), de la première personne du singulier, rares et désignant le poète, s'adressent à la femme aimée par de nombreuses marques de la deuxième personne du singulier ("ton", vers 2 ; "ta", vers 5 ; "Tes", vers 13). Ce tutoiement révèle l'intimité des deux protagonistes ()

...

Sommaire du commentaire de texte

IntroductionI) L'éloge de Jeanne DuvalA. Une déclaration d'amourB. La glorification du corps de la femme aiméeC. L'incitation au rêve et au voyageII) Un poème érotiqueA. La progression érotique du poèmeB. Un couple disharmonieuxConclusion

Extraits du commentaire de texte

[...] - Dépendance également créée par les ondulations du corps de la femme aimée, associée métaphoriquement à un serpent qui danse (vers 19). Cette animalisation est symbolique, puisque dans la religion, le serpent est associé à un animal tentateur et maléfique, et même dans la mythologie, il se voit attribuer le pouvoir de tuer par le simple regard (basilic). Symbole du mal, il suggère alors l’incitation de la femme au péché. Ainsi, l’image du plaisir est associée au danger. Conclusion Comme dans d’autres poèmes du même recueil, La Chevelure par exemple, le corps de la femme sert de prétexte à l’évasion. [...]


[...] C’est comme si l’union des amants s’affichait dans le texte, rappelant la passion dévorante de l’auteur. Magnifiée et idéalisée par ce poème, plus que la volupté, Baudelaire voit dans cette femme une source d’évasion par l’exotisme et le plaisir esthétique. L’éloge de Jeanne Duval Une déclaration d’amour Le registre lyrique de ce poème est très clair, mettant en évidence une véritable déclaration d’amour : - les pronoms personnels, sujet (j’, vers 1 ; Je, vers 33) et complément (Mon, vers 11 et de la première personne du singulier, rares et désignant le poète, s’adressent à la femme aimée par de nombreuses marques de la deuxième personne du singulier (ton, vers 2 ; ta, vers 5 ; Tes, vers 13 Ce tutoiement révèle l’intimité des deux protagonistes. [...]


[...] Indiscutablement, cette réunion des contraires séduit le poète. - Femme mystérieuse et difficile à comprendre, elle se donne sans se donner : Tes yeux, où rien ne se révèle (vers restant indéchiffrable ainsi que le suggèrent les antithèses doux / amer (vers 14) et or / fer (vers 16). Elle est aussi le double du serpent, comme le rappellent l’image de la peau brillante (Miroiter la peau, vers celle de la couleur des deux métaux qui évoque le regard vide de cet animal et les références au froid (deux bijoux froids, vers 15 ; Des glaciers grondants, vers marques de cet animal poïkilotherme. [...]


[...] La première des six sections, intitulée Spleen et idéal, est de loin la plus fournie, ne comptant pas moins de quatre-vingt-cinq poèmes. Elle constitue une forme d’exposition : c’est le constat du monde réel tel que le perçoit le poète. Baudelaire s’est inspiré de plusieurs muses pour écrire certains des poèmes de son recueil : l’actrice Marie Daubrun (XLIX à LVIII), la belle Apollonie Sabatier (XL à XLVIII) et principalement Jeanne Duval (XXII à XXXIX), jeune actrice mulâtre. Le Serpent qui danse, XXVIème poème de la première section du recueil, est dédiée à cette dernière. [...]


[...] ÉTUDE ANALYTIQUE Introduction Recueil poétique de Charles Baudelaire (1821-1867), Les Fleurs du Mal fut publié à Paris en 1857. Il donna lieu à un procès en août 1857 pour outrage à la morale religieuse ainsi qu’à la morale publique et aux bonnes mœurs Seule cette dernière persista et le poète fut condamné à 300 francs d’amende et à la suppression de six poèmes (qui seront publiés dans le Parnasse satyrique du 19ème siècle, à Bruxelles, en 1864, avant d’être repris avec d’autres pièces de circonstance dans Les Épaves). [...]

Consultez plus de 91303 études en illimité sans engagement de durée. Nos formules d'abonnement