Docs-en-stock.com
  • Résumé
  • Extraits
  • Descriptif
  • À propos de l’auteur
  • Lecture
 

100% garanti

satisfait ou remboursé

Aviva, Le Journal d'une psychotique éveillée

Extraits

[...] Cela ne suffit pas. Puisque ce n’est pas la vraie vie, je n’en veux pas Il y a du désespoir à vivre. Chercher, chercher toujours à atteindre l’inatteignable Je sens en moi une part d’Amour qui est moi, une part De moi qui est Amour. C’est l’étincelle. La garder. La garder, éclatante de cette joie révélée. Pure lumière. La garder, même lorsque souffle dans l’air un vent chargé De gouttes épaisses et vaseuses, Gouttelettes plus ou moins lourdes, Plus ou moins collantes. [...]


[...] La bonne claque ! Me respecter, respecter mon corps, cette chair qu’il m’est donné d’habiter. Lui prodiguer les soins nécessaires. Problème qui frise l’impossible pour moi : le nourrir d’une nourriture adéquate. Arrêter de le remplir de bâfreries immondes. Doucereux poisons que notre société nous présente à foison. Ecoeurants de leur douceur, dégoulinants de graisse. Mon corps n’a pas besoin de cela ; 365 J’ai besoin d’apprendre ce respect là. Maîtresse du jeu. Pas de privation : Le courage est de ne pas tomber dans l’excès du rien du tout après celui du trop. [...]


[...] Sont ce des êtres maudits qui purgent leur peine ? Leur peine de quoi ? Leur peine pour quoi ? 324 Arrêter de ne voir que la déréliction du monde. Il est diversité, double, paradoxe. Il est plein de laideur mais aussi de beauté. Il est envahi par le mal mais recèle des cohortes de bien infini. Il est peuplé d’êtres destructeurs. D’êtres aimants aussi. Tout cela dans le même ? Dans nous même J’ai trouvé où est ma place. [...]


[...] Je commence à comprendre que c’est moi qui fais barrage. Quand je dis que je n’y crois pas, cela veut-il dire je n’en veux pas ? Séance émouvante. Au moment de nous quitter j’ai cru sentir votre désir de nouer le lien physique avec nos mains. Je n’ai pas répondu car nous n’avions pas le temps (Emmanuel était déjà là ) Ce matin, recroquevillée dans le train je me laisse aller à la sensation (image) physique de me lover au creux de votre épaule, comme un petit enfant vient se réchauffer à l’amour de sa mère, avec la différence que cette fois j’y crois et je me sens bien, sans douleur. [...]


[...] Le monde est fait de la multitude de ces créations. Y a t il une Grande Œuvre ? Il me vient aujourd’hui à l’esprit que je pourrais bien vous quitter. Cela m’est possible de l’imaginer, c’est une idée qui ne me fait plus souffrir. Vous quitter ne veut pas dire vous oublier. Vous quitter ne veut pas dire que vous êtes morte et que je doive en mourir, que je suis morte et que vous deviez en mourir ! 218 Vous quitter veut dire quitter la personne que j’ai inventée pour survivre à ma douleur, et que vous avez bien voulu re-présenter dans ma vie d’adulte à des fins de la rendre enfin vivable, en toute conscience. [...]

Loading

Consultez plus de 91303 études en illimité sans engagement de durée. Nos formules d'abonnement