Docs-en-stock.com
  • Résumé
  • Sommaire
  • Descriptif
  • À propos de l'auteur
  • Lecture
 

100% garanti

satisfait ou remboursé

la question du pouvoir chez Manckiewicz

Résumé de l'exposé

Ce qui frappe dans le cinéma de Mankiewicz, c'est la variété de son oeuvre. Les genres et les sujets qu'il traite vont du thriller gothique (le Château du dragon) et du film criminel (Somewhere in the Night, Escape) au fantastique romanesque (l'Aventure de madame Muir), en passant par le western (le reptile) ou les satires de Chaînes conjugales et Eve. Cet éclectisme ne peut pas pour autant permettre de réduire son oeuvre à un ensemble disparate, ou autre assemblage de pièces qui n'appartiendraient pas au même puzzle. Bien au contraire. L'hétérogénéité, la diversité chez Mankiewicz apparaissent comme autant de moyens nécessaires à la composition d'une oeuvre unifiée par ses récurrences thématiques et formelles. Ses péplums politiques (Jules César, Cléopatre), ses policiers (le limier), ses satires sont autant de genres qui se caractérisent moins par leur distance que par leur proximité. Le pouvoir apparaît à ce niveau comme une figure symptomatique de cette proximité dans la distance : obcession mankiewiczienne, elle courre dans tous ses films. La question du pouvoir fait l'objet chez Mankiewicz d'un traitement particulier : non seulement elle constitue l'essentielle de ses intrigues, mais elle structure également sa dramaturgie et sa mise en scène. Cinéaste de la redondance, tout chez Mankiewicz est affaire de pouvoir. Aussi, la dimension péjorative habituellement connotée au terme de redondance est ici à écarter.

...

Consultez plus de 91303 études en illimité sans engagement de durée. Nos formules d'abonnement