Docs-en-stock.com
  • Résumé
  • Sommaire
  • Extraits
  • Descriptif
  • À propos de l’auteur
  • Lecture
 

100% garanti

satisfait ou remboursé

Velleius Paterculus, la guerre sociale et la question de la citoyenneté

Résumé du commentaire de texte

Depuis que Rome eut conquis ses voisins latins puis dans une plus large mesure les peuples italiens riverains de la cité aux IVe et IIIe siècles avant J-C, ceux-ci jouèrent un rôle primordial pour la suite de la conquête du sud de la péninsule notamment face aux Carthaginois. Les conséquences de cette puissance romaine amènent vers la fermeture de la cité et la précarisation tant politique qu'économique des villes italiennes soumises à l'hégémonie de Rome. Dès lors, une discorde qui grandit proportionnellement au fil du temps dégrade considérablement les rapports entre les Romains et leurs alliés qui fini par aboutir à un grave conflit. Les alliés d'hier, deviennent les ennemis d'aujourd'hui ()

...

Sommaire du commentaire de texte

IntroductionI) Un mal profond prêt à exploser à la première occasionA. Un mécontentement latentB. Le détonateur de la révolte italienneII) Les motifs d'une revendication étendueA. La demande du droit de cité comme base fondamentaleB. L'ampleur de la séditionIII) Des conséquences politiques considérablesA. L'institution d'un Etat concurrent temporaireB. Un impact politiquement marquant pour Rome et l'ItalieConclusion

Extraits du commentaire de texte

[...] Effectivement Lucius César (l.2) mena combat face aux troupes samnites et deux autres magistrats supérieurs trouvèrent la mort dans les affrontements : en deux années consécutives l’ennemi tua deux consuls romains, Rutilius, puis Cato Porcius (l.33-34). Le premier fut mortellement blessé face aux Marses et le second fut tué lors d’une bataille à Fucino dans les Abruzzes. Rome engage aussi plusieurs grands généraux romains comme Cneius Pompée (l.13) qui fut aussi consul avec Cato Poricus en 89 avant J-C et qui joua un rôle important en brisant la révolte italienne au nord ce qui lui valu le triomphe de retour à Rome. [...]


[...] Les Italiens vaincus par les armes romaines sortent contradictoirement vainqueurs de cette guerre puisqu’au final ils obtiennent satisfaction pour leur revendication qui comme on l’a vu cristallisa la guerre, c'est-à-dire ce fameux droit de cité, droit à la citoyenneté romaine et ses différents privilèges en compensation de son engagement militaire. Si cet aboutissement n’est pas le fait direct des armes alliées puisque comme nous l’avons dit ils ont été battus finalement par Rome, il est le fruit d’un processus qui a suivi le cours de la guerre sociale et qui en est donc directement lié. [...]


[...] Pendant la guerre d’Italie, la fortune se montra si changeante et si cruelle qu’en deux années consécutives l’ennemi tua deux consuls romains, Rutilius, puis Cato Porcius et dispersa en bien des endroits les armées romaines, qu’on endossa le sagum et qu’on dut le garder pendant longtemps. Comme capitale de leur empire, les Italiens avaient choisi Corfinium qu’ils décidèrent d’appeler Italica. Puis Rome admit peu à peu dans la cité ceux qui n’avaient pas pris les armes ou ceux qui les avaient déposés le plus vite. Elle répara ainsi ses forces. Enfin Pompée, Sylla et Marius redressèrent l’Etat romain ébranlé et chancelant. Velleius Paterculus, Histoire romaine, II, 15-16. [...]


[...] L’emploi de tous ces généraux romains est à la taille de la révolte des socii traduisant bien l’importance du soulèvement italien. Cette confrontation est d’autant plus conséquente qu’il ne s’agit pas que de batailles rangées entre les armées antagonistes mais que des villes sont aussi concernées : il prit Herculanum avec Titius Didius, assiégea Pompei avec Lucius Sylla et s’empara de Cosa (l.27-28). La guerre sociale a donc également ravagé des villes notamment campaniennes (Herculanum et Pompei) d’où un bilan très lourd que nous dresse l’auteur aux lignes 11 et 12 : Cette guerre fit perdre à l’Italie plus de trois cent mille jeunes gens Un historien est même employé à savoir Quintus Hortensius Hortalus (l.29) qui a écrit des Annales limitées certainement à la guerre sociale et dont il nous reste qu’un fragment, soit ce passage qui concernait les origines familiales de Paterculus. [...]


[...] D’ailleurs, basée sur le modèle romain, cette organisation politique Marso-Samnite est dirigée par un Sénat et deux chefs équivalents aux deux consuls romains. L’auteur cite d’autre part un de ces deux chefs, il s’agit du Samnite Papius Mutilus (l.22). Cet ensemble politique hégémonique antagoniste à Rome se dote également d’un trésor commun notamment pour l’équipement militaire des soldats. Enfin une dernière caractéristique qui vient corroborer cette idée étatique des alliés fut apportée par l’archéologie et plus spécialement la numismatie puisque des monnaies ont été retrouvées. [...]

Consultez plus de 91303 études en illimité sans engagement de durée. Nos formules d'abonnement