Docs-en-stock.com

Plus d'infos sur l'auteur

Etudiant
Niveau
Grand public
Ecole, université
URCA

Plus d'infos sur le doc

Droit administratif

Commentaire de l'arrêt CE 3 décembre 2010 : Association Paris-Jean Bouin, Ville de Paris

Date de publication
Date de mise à jour
2012-05-04
Langue
français
Format
.odt
Type
commentaire d'arrêt
Nombre de pages
5 pages
Niveau
grand public
Téléchargé
14 fois
Validé par
le comité Docs-en-stock.com
4 4
4 réactions
4
réagissez !

Commentaire de l'arrêt CE 3 décembre 2010 : Association Paris-Jean Bouin, Ville de Paris

I. Une distinction délicate entre délégation de service public et convention d'occupation du domaine public.
A. La difficulté de la distinction
B. Les critères de distinction appliqués par la Conseil d'État.

II. La consécration du principe de libre conclusion des conventions d'occupation du domaine public
A. La reconnaissance du principe par le Conseil d'État
B. La remise en question de cette absence d'obligation de mise en concurrence
Résumé du commentaire d'arrêt

La qualification des contrats en droit administratif est souvent source de litige. En effet la distinction n'est pas toujours évidente à opérer entre tel ou tel contrat. C'est précisément un problème de qualification de contrat qui est au centre de cet arrêt rendu le 3 décembre 2010 par la section du contentieux du Conseil d’État.
En l'espèce le maire de Paris a signé avec l'association Paris Jean Bouin une convention le 11 août 2004. Cette convention, conclue entre une personne publique et une personne privée, autorisait l'association à occuper une partie du domaine public de la ville, à savoir le stade Jean Bouin et plusieurs terrains de tennis situés dans les environs. Le 29 octobre 2004 le maire a informé la société Paris Tennis, qui avait manifesté son intérêt, que sa candidature pour l'attribution de cette convention ne pouvait être prise en considération.

Plus vendu(s) en droit administratif

Dans quel cas peut-on engager la responsabilité sans faute de l'administration et quelle a été...

 Droit public & privé   |  Droit administratif   |  Dissertation   |  09/07/2012   |  fr   |   .docx   |   5 pages

«I. L'émergence de la responsabilité sans faute sur le fondement du risque. A. la reconnaissance précoce de la responsabilité pour risque du fait des choses, méthodes dangereuses et des dommages de travaux publics. B. Le développement de la responsabilité sans faute pour risque en matière de...»

«La responsabilité sans faute de l'administration est définie comme une situation où l'administration n'est ni coupable d'aucune faute, ni responsable d'aucun fait dommageable et où, pourtant, le juge indemnise des victimes de l'action publique. La faute demeure en principe le fondement de la...»

Tribunal des Conflits, 21 mars 2005, Mme Alberti-Scott c/ Commune de Tournefort

 Droit public & privé   |  Droit administratif   |  Fiche   |  09/03/2009   |  fr   |   .rtf   |   1 page

«Document: Fiche de l'arrêt: Tribunal des Conflits, 21 mars 2005, Mme Alberti-Scott c/ Commune de Tournefort Extrait: Les litiges nés des rapports entre un service public industriel et commercial et ses usagers, qui sont des rapports de droit privé, relèvent de la compétence des...»

Mieux noté(s) en droit administratif

Droit public des affaires - fondements et polices économiques

 Droit public & international   |  Droit administratif   |  Commentaire de texte   |  16/01/2009   |  fr   |   .doc   |   126 pages

«I- Un revirement de jurisprudence au sujet du fait générateur engendrant la responsabilité de l'administration dans le cadre des actes médicaux. A) La faute de service engageant la responsabilité de l'administration. B) L'abandon de la faute lourde pour la faute simple. II- Une indemnisation...»

«»

Conseil d'Etat, 18 décembre 1959, Société des films Lutétia

 Droit public & international   |  Droit administratif   |  Commentaire de texte   |  18/06/2008   |  fr   |   .doc   |   1 page

«[b]Document: [/b]Conseil d'Etat, 18 décembre 1959, Société des films Lutétia - Commentaire de l'arrêt Faits : Le maire de Nice avait interdit par arrêté de police la projection de certains films qui avaient obtenus le visa ministériel requis au titre de l'ordonnance du 3 juillet 1945.»

Catégories

Consultez plus de 91303 études en illimité sans engagement de durée. Nos formules d'abonnement