Les thèmes dans Pantagruel de François Rabelais

Credit Photo : BNF Gustave Dore

22 Juillet 2016

Les thèmes dans Pantagruel de François Rabelais

L'oeuvre "Pantagruel. Les horribles et épouvantables faits et prouesses du très renommé Pantagruel Roi des Dipsodes, fils du Grand Géant Gargantua" raconte l'histoire d'un personnage du nom de Pantagruel, fils de Gargantua ; le roi d'Utopie. Publié en 1532 sous le nom d'Alcofribas Nasier, ce premier livre est accompagné de 4 autres oeuvres dont Gargantua.

L'humanisme

L'humanisme est un mouvement culturel et artistique qui a vu le jour durant la Renaissance, il est caractérisé par la recherche d'une société idéale, la confiance dans la nature humaine et l'objectif de perfectionner l'humanité (foi en l'Homme), la remise en cause de l'enseignement théologique dans les écoles et les universités. Dans Pantagruel, la lettre que Gargantua envoie à son fils au chapitre 8 est une bonne illustration de ce thème dans l'oeuvre. Dans cette lettre, Gargantua initie Pantagruel (qui signifie avoir « soif de savoir » en grec), alors à Paris pour étudier, à une éducation humaniste dont le programme est d'ailleurs défini dans cette même lettre : « géométrie, arithmétique et musique », « astronomie », « droit civil », « connaissance de la nature ». Mais également la médecine : « les livres des médecins grecs, arabes et latins », les sciences « que je voie en toi un abîme de science », la religion « commence à lire l'Écriture sainte ».

L'humour et le comique

Pantagruel est un roman humoristique relatant l'histoire d'une famille de géants agrémentée de farces, de jeux de mots, de caricatures, etc. Avec Pantagruel, Rabelais parodie les romans héroïques avec des scènes couvertes de ridicule, grotesques : par exemple les plaidoiries de Humevesne et Baisecul aux chapitres 11 à 13. L'humour est provoqué par l'utilisation de procédés tels que des jeux de mots, des parodies, l'exagération, l'emploi de noms grotesques, etc.


Nous vous recommandons cet exposé sur le comique dans Pantagruel et Gargantua.


L'ouverture d'esprit

Prenons à nouveau l'exemple de la lettre de Gargantua à Pantagruel au chapitre 8 ; l'énumération de certaines catégories de la société, habituellement dénigrée, montre une bonne ouverture d'esprit : « brigands, bourreaux, aventuriers, palefreniers ». De même, l'auteur cite de nombreuses autres civilisations : « grecs, arabes, latins », « les Tamuldistes et Cabalistes », etc. L'ouverture sur d'autres sociétés et cultures constitue l'une des caractéristiques du mouvement humaniste.

La religion

La religion est un thème souvent abordé dans les ouvrages médiévaux, Pantagruel n'y déroge pas ; elle est évoquée dans la lettre de Gargantua (« commence à lire l'Écriture sainte », « tu dois servir, aimer et craindre Dieu, et mettre en lui toutes tes pensées et tout ton espoir ; et par une foi nourrie de charité, tu dois être uni à lui, en sorte que tu n'en sois jamais séparé par le péché », « la parole de Dieu demeure éternellement », etc., mais également au chapitre 19, lorsque Pantagruel prie Dieu de lui accorder la victoire (« Seigneur Dieu, qui tousjours as esté mon protecteur et mon servateur ») lors de son combat avec Loup Garou.

Bon à savoir :
Pantagruel est censuré après sa publication en 1543 pour obscénité et est décrié par La Sorbonne dont les docteurs sont critiqués par Rabelais. Gargantua subira le même traitement à sa publication.