Quels sont les thèmes abordés dans Le Père Goriot de Balzac ?

Credit Photo : Flickr Alex Williams

17 Mai 2016

Quels sont les thèmes abordés dans « Le Père Goriot » de Balzac ?

Le père Goriot, ce roman écrit en 1834 par Honoré de Balzac est étudié par de nombreux étudiants aujourd'hui, car il s'agit de littérature du XIXe siècle, mais également car il illustre parfaitement l'objet d'étude « Le roman et ses personnages ». Dans ce roman, y sont représentés l'homme (la nature humaine) et le monde (la société) à travers ses personnages. Nous décryptons ici le roman et listons quelques un des thèmes évoqués dans cette oeuvre de Balzac.

L'amour paternel, un amour illimité et déraisonnable

L'amour est un thème extrêmement important dans « Le père Goriot », puisque c'est à l'amour qu'est liée la problématique du récit, plus particulièrement l'amour que le père Goriot porte à ses filles Delphine et Anastasie. Cet amour va le conduire à sa perte après trahison, il s'agit de l'amour illimité et déraisonnable d'un père qui va tout sacrifier pour ses enfants, aussi bien financièrement que moralement. C'est également un amour à sens unique, car ses filles ne partagent pas ses sentiments. Il va d'ailleurs mourir seul avec Rastignac.

L'argent pour le respect, la noblesse et l'ascension sociale

L'argent, aux côtés de l'amour, est l'un des thèmes autour duquel se déroule l'histoire, surtout le rapport des personnages à l'argent et son importance dans la société à Paris. C'est pour une question d'argent, de fortune et d'amour que le père Goriot court à sa ruine et s'attire le mépris. Pour les personnages de ce récit, posséder de l'argent implique une notion de respect, de noblesse, d'ascension sociale et de bonheur. Delphine et Anastasie font tout pour dépouiller leur père et régler leurs dettes.


Nous vous recommandons cette fiche de lecture sur « Le père Goriot » de Balzac.


L'ascension sociale, l'objectif des personnages

L'ascension sociale est l'objectif que les personnages du roman souhaitent atteindre à tout prix, aussi bien le père Goriot que ses filles pour qui il a tout dépensé pour les marier à des aristocrates, que Mme Vauquer, maîtresse de la pension Vauquer, dont le comportement avec ses pensionnaires dépend de la taille de leur porte-monnaie.

La corruption, l'hypocrisie et la trahison

La notion de corruption s'applique ici aussi bien à la société parisienne qui considère l'argent comme la chose la plus importante, qu'à la nature humaine dépeinte dans ce roman et aux relations matrimoniales. Delphine et Anastasie n'hésitent pas à utiliser leur père pour des raisons financières tout en le méprisant et en le reniant. Celles-ci possèdent chacune un amant, Rastignac pour Delphine mariée au baron de Nucigen et Maxime de Trailles pour Anastasie mariée au comte de Restaud. Le mariage ici s'entend plutôt en termes de souffrance, de désespoir et d'échec.

Rastignac, qui en arrivant à Paris avec son innocence et son honnêteté, comprend que pour réussir, il doit faire preuve d'hypocrisie et de cynisme sur les conseils de Vautrin, qui lui-même a été trahi par un ami du bagne.