Introduction à l'analyse d'El Encuentro, Jaime Zapata

Credit Photo : Mllesoriano blog

08 Septembre 2016

Introduction à l'analyse d'El Encuentro, Jaime Zapata

Le tableau El Encuentro est bien souvent étudié en classe d'histoire ou de littérature au lycée. Aujourd'hui, nous allons nous intéresser à son auteur, mais aussi à l'importance de cette oeuvre picturale du XXe siècle.

Qui est Jaime Zapata ?
Le tableau : la description
Le tableau : l'analyse

Qui est Jaime Zapata ?

Avant de se lancer dans l'analyse du tableau, il faut, comme d'habitude, contextualiser et mettre certaines bases qui nous aideront à la compréhension du tableau.

Jaime Zapata est un peintre équatorien reconnu dans le monde entier. Actuellement, il vit et travaille à Paris et a exposé ses oeuvres dans des galeries très importantes de Madrid, Paris ou encore Bogotá.

El Encuentro ou La Rencontre en français est son oeuvre la plus célèbre.

Le tableau : la description

El Encuentro a été peint en 1992 et représente la rencontre entre un indigène et un conquistador.

Il est composé de deux parties clairement différenciées aussi bien par la lumière et les couleurs que par le duel ou confrontation qu'elles signifient. À gauche, on observe un indigène nu avec son image de guerrier entouré d'une végétation dense et de quelques autres éléments de la nature (papillon, plantes, etc.)

L'image de l'Indien dégage un respect pour la nature, il s'agit d'une scène très lumineuse. En effet, il convient de rappeler que les Indiens vivaient en complète harmonie avec la nature.

En opposition, à droite du tableau apparaît le conquistador espagnol avec un casque et une armure, un crucifix, quelques blessures même si on n'est pas certains qu'il s'agisse de véritables blessures. Ici, les couleurs sont complètement différentes de celles utilisées pour la partie de l'indigène : c'est la couleur rouge foncée qui domine la scène.

Le tableau : l'analyse

Le peintre a voulu représenter la conquête de l'Amérique qui a eu lieu en 1492. Ainsi, la scène du tableau se passe au XVe siècle et représente la rencontre entre le Nouveau Monde et le Vieux Monde. Il met en avant le choc culturel que cette rencontre a signifié aussi bien pour les uns que pour les autres.

On peut également observer une sorte de confrontation entre la magie de la nature et la vie face à la mort et à la contamination. Pour aller plus loin, l'on peut même parler de confrontation entre la tradition et les avancées technologiques.

L'indigène dégage une attitude d'accueil, une attitude pacifique face à l'ambiance chaotique du conquistador. En effet, la tête du conquistador est représentée par une tête de mort, représentant ainsi le nombre de morts causé par cette découverte, mais aussi le nombre de maladies apportées par les conquistadors et jusqu'à présent inconnues des indigènes.

À signaler aussi les symboles religieux apportés par les Européens : le crucifix, symbole de la religion catholique monothéiste imposée aux Indiens.

La dualité de l'image peut également être comprise comme un personnage qui donne et l'autre qui attaque, ce qui est représenté aussi par la langue en forme de serpent du conquistador.

Des éléments anachroniques viennent renforcer cette opposition entre les deux personnages : une ampoule, une montre, des panneaux de signalisation, etc.

Sources : Ac Dijon, Profesoraborja