Définition de la théorie de la contingence

Credit Photo : Pexels

26 Avril 2017

Définition de la théorie de la contingence

C'est en 1969 que l'on entend parler pour la première fois de la théorie de la contingence et c'est à Paul Lawrence et Jay Lorsch que l'on doit cette formule. En effet, ces deux théoriciens et professeurs d'université américains ont introduit cette notion dans l'une de leurs publications (Adapter les structures de l'entreprise : intégration ou différenciation, 1959).

En quoi consiste exactement cette théorie ?
Les facteurs de contingence
La différenciation et l'intégration

En quoi consiste exactement cette théorie ?

En réalité, la théorie de la contingence veut pouvoir expliquer les différences entre les entreprises selon les caractéristiques du contexte industriel dans lequel elles se trouvent. Qu'entend-on par « caractéristiques du contexte industriel » ? Il s'agit, entre autres, du réseau de distribution, de la clientèle, des concurrents, mais aussi des fournisseurs.

En quoi cette théorie apporte-t-elle des facteurs nouveaux ? C'est assez simple. Jusqu'ici, les managers, directeurs d'entreprise, leaderships... pensaient qu'il existait un seul modèle qui pouvait fonctionner pour réussir au succès d'un modèle organisationnel.

Or ici, la théorie de la contingence vient expliquer le contraire : une entreprise ou leadership ne pourra fonctionner que si elle tient compte de plusieurs facteurs (variables en fonction de chaque contexte).

Les facteurs de contingence

Les facteurs que la théorie de la contingence prend en compte sont les suivants :

- l'environnement de l'entreprise et comment elle s'y adapte,
- les stratégies mises en place,
- les technologies et progrès techniques utilisés,
- la taille de l'entreprise,
- (...)

Pourquoi, d'après cette théorie, est-il indispensable de prendre en compte ces facteurs variables et les différentes conditions du marché ?

Lawrence et Lorsch ont prôné une méthode systémique qui consiste à analyser les évènements dans leur complexité et leur totalité sans pour autant oublier la dimension temporelle. Ainsi, toute organisation ou entreprise doit être vue comme un cadre construit à partir d'une multitude d'acteurs différents qui ont, d'une part, des intérêts propres et, d'autre part, des intérêts à défendre en commun avec les collègues.

La différenciation et l'intégration

Comment les deux professeurs sont arrivés à cette conclusion ? En réalité, ils ont analysé plusieurs organisations travaillant dans et pour le même type d'industrie et ils se sont demandé pourquoi cela marchait mieux pour les unes que pour les autres. C'est alors qu'ils se rendent compte de l'importance de deux notions : la différenciation et l'intégration.

- La différenciation = le caractère des objectifs de chaque département, la hiérarchie des départements, les relations entre les employés par rapport aux tâches.
- L'intégration = le niveau et la qualité de collaboration entre les départements pour satisfaire les attentes de l'environnement.

Mais l'intégration ne peut pas s'entendre sans la différenciation puisqu'il faut qu'une entreprise soit bien différenciée pour qu'il y ait un bon niveau d'intégration. C'est-à-dire qu'une entreprise doit voir ses facteurs externes variables interagir avec les facteurs internes d'intégration et de différenciation.

Enfin, l'on peut dire que la théorie de la contingence fait appel à trois grands aspects :

a. Il n'existe pas une seule manière d'organiser une entreprise.
b. La « forme » (et la conception) d'une entreprise doit prendre en compte l'environnement.
c. Il faut de l'intégration avec l'environnement, mais aussi avec les parties internes

Sources : Science économique, Le dico du marketing


Les articles suivants peuvent vous intéresser :

Comment rédiger un projet professionnel ?
L'alternance, ça vous tente ? Zoom sur ses avantages et ses inconvénients
Les clefs de la réussite de la lettre de motivation pour Sciences Po
Zoom sur l'apprentissage en France