La rentrée universitaire, encore et toujours plus chère

Credit Photo : Alterparis12

14 Août 2015

La rentrée universitaire, encore et toujours plus chère

Le portefeuille des étudiants va encore souffrir : selon un rapport de l'Unef publié ce vendredi, la rentrée universitaire reviendra plus chère que l'an passé (+1,1 %). Le premier syndicat étudiant demande au gouvernement d'établir un plan d'action sociale pour la rentrée.

C'est une très mauvaise nouvelle qui tombe à quelques semaines de la rentrée 2015/2016. Un rapport publié par l'Union nationale des étudiants de France, l'Unef, ce vendredi, indique que la rentrée universitaire va encore augmenter, de 1,1 %, ce qui équivaut à 4 fois l'inflation). Depuis 2012, le coût de la vie est en hausse de 8,4 % pour les étudiants, mais aucune mesure n'a été mise en place pour sauvegarder le pouvoir d'achat de cette tranche de la population. Austérité budgétaire ou non, le syndicat veut un plan d'action.

Être étudiant, à quel prix aujourd'hui ?

L'Unef précise que 1/3 des étudiants n'ont pas le soutien financier de leurs parents et sont donc contraints de travailler environ une dizaine d'heures durant leurs études pour subvenir à leurs besoins. Des heures qu'ils auraient certainement préférés passer à réviser ou à assister à leurs cours. Seule une petite proportion (1/4) perçoit une bourse. Le tarif pour être étudiant est estimé à 800 euros mensuels de nos jours, en comptant le déboursement d'un loyer. Cela représente près de la moitié du revenu médian en France.

Cette hausse sera plus contenue à Paris

Aussi surprenant soit-il - l'on connait tous le prix de la vie à Paris, l'augmentation du coût de la rentrée universitaire affectera moins les étudiants franciliens que dans les autres villes. Pourquoi ? Grâce à la loi ALUR en vigueur depuis le 27 mars 2014 et le décret d'encadrement des loyers appliqué depuis le 1er août qui limitent les hausses de loyers lors de la signature du bail et lorsqu'il se renouvelle, puis qui plafonnent les frais d'agence. La hausse sera également moins ressentie à Paris, car les tarifs des transports en commun ont été réduits et fixés à un prix unique pour les étudiants de moins de 26 ans.

Ailleurs, les villes ont été victimes d'une augmentation du prix des transports, mais également des prix des loyers. En dehors de l'Ile-de-France, l'Unef indique une hausse des loyers de 0,3 %, celle-ci atteint +6,6 % au Havre et +2,6 % à Nancy. Du côté des transports, le budget des étudiants est coupé de 246 euros annuels en moyenne en dehors de la région Ile-de-France.
Aucune disparité n'a été notée entre les régions françaises en ce qui concerne la sécurité sociale étudiante obligatoire, le resto U ou l'électricité.

L'Unef précise que depuis 2012, soit le début du quinquennat, le coût de la vie étudiante a subit une hausse de 8,4 %. Le syndicat demande ainsi un « plan de d'action sociale pour la rentrée », celui-ci veut que le gouvernement élargisse et revalorise les bourses (à hauteur de 5 %), qu'il double les aides aux étudiants qui ne dépendant pas de leurs parents et qu'il investisse dans les Crous pour accélérer la construction de logement étudiant et proposer des tarifs adéquats en termes de restauration.

Vous étudiants, parvenez-vous à joindre les deux bouts ?

Sources : BFM, Le Figaro