Etymologie et définition du mot « philosophie »

Credit Photo : Flickr Baptiste Pons

13 Juillet 2016

Etymologie et définition du mot « philosophie »

La philosophie n'est pas uniquement une matière enseignée au lycée et à réviser pour le bac, il s'agit bien d'une discipline et d'une activité qui remonte à l'Antiquité. La philosophie consiste à se questionner, à réfléchir sur le monde et sur l'homme. Nous nous intéressons ici à l'étymologie et à la définition du mot « philosophie ».

L'étymologie et la définition du mot « philosophie »

« Philosophie » vient du grec philosophia φιλοσοφία et se compose du mot philein φιλεῖν qui signifie aimer, chercher, et du mot sophia σοφία qui signifie, lui, sagesse. Ainsi « philosophie » signifie l'amour de la sagesse.

Autrefois le mot sophia signifiait l'habileté manuelle dans un art, sans préciser quel art. Puis, il a désigné l'habilité dans les beaux-arts et enfin le savoir de manière générale. C'est de cette façon que ce terme sophia en est venu à désigner la sagesse en connotant la connaissance.
Le mot « sophos », lui, fait référence à un sage, un homme ayant reçu une bonne éducation (religieuse, civique et militaire).
Par déduction, l'on peut dire que la philosophie est la recherche ou l'amour d'un savoir supérieur qui prône la logique de l'argumentation que certains nomment également la technique de l'administration de la preuve.


Nous vous recommandons cette fiche sur l'étymologie et la définition du mot « philosophie ».


Les philosophes

Socrate (-470 - -399) serait le premier des Philosophes, selon lui, les opinions communes sont fausses et il n'existe pas de faits donnés sur lesquels on peut s'appuyer. Il convient alors de toujours critiquer et remettre en question ces faits pour en obtenir l'essence. Socrate a pour disciple Platon et Xénophon. Platon (-428 - -348) est connu comme le premier philosophe doctrinaire, il construit tout un savoir incluant une logique de la démonstration, une conception du monde, une politique, une morale, etc. Il a pour disciple Aristote (-384 - -322) qui introduit l'enseignement de disciplines (science de l'être, logique, traité de l'âme, physique, etc.), et ce contre l'Académie, l'école philosophique créée par Platon à Athènes et dans laquelle tous deux ont enseigné.

Parmi les grands philosophes de l'Antiquité, l'on trouve bien entendu ceux cités plus haut, mais également Epictète (dont les propos ont été recueillis par son disciple Arrien dans Les Entretiens et Le Manuel) et Sénèque (Médée, De la brièveté de la vie, De la vie heureuse, etc.). Le Moyen-Âge a connu Saint Augustin et Saint Thomas d'Aquin.

Les grands philosophes de l'époque moderne sont, entre autres, Descartes (Méditations métaphysiques, Discours de la Méthode), Diderot (Encyclopédie), Hegel (Encyclopédie des sciences philosophiques, Philosophie de l'esprit), Hume (Traité de la nature humaine, Essais esthétiques), Kant (Critique de la raison pure), Leibniz (Nouveaux essais sur l'entendement humain, Discours de la métaphysique), Locke (Lettre sur la tolérance, Essai sur l'entendement humain), Machiavel (Le Prince), Marx (Les Manuscrits, Manifeste du parti communiste), Montaigne (Les Essais), Montesquieu (Lettres persanes, De l'esprit des lois), Pascal (Les Pensées), Rousseau (Du contrat social), Spinoza (L'Ethique), Tocqueville (De la démocratie en Amérique), etc.

Puis, ceux de l'époque contemporaine : Arendt (Les origines du totalitarisme), Bergson (Essai sur les données immédiates de la conscience, Matière et mémoire), Camus (La Chute, L'étranger), Durkheim (De la division du travail social), Freud (L'interprétation des rêves), Lévi-Strauss (Race et histoire), Sartre (Critique de la raison dialectique), Weber, etc.

Source : Encyclopédie AZ, Editions Altlas